L'histoire de l'association

Créé en 2002, l'Alliance Genevois Judo 74 est affilié à la Fédération Française de Judo et des Disciplines Associées (FFJDA).

Notre club accueille les jeunes judokas à partir de l’âge de 4 ans jusqu’aux adultes. Jeune et en plein essor, il compte actuellement 190 licenciés…

En tant qu’association notre rôle est non seulement de  former les jeunes judokas mais aussi de les aider à s’épanouir en leur permettant de partager des moments sportifs.  Une très belle expérience de vie qui a fait naître un collectif sportif essentiel.

 

  • photo du club

Nos valeurs

Code Moral du Judo

« Entraide et Prospérité mutuelle »

« En Judo, les progrès individuels passent par l’entraide et par l’union de notre force et de celle des autres. La présence du partenaire, du groupe est nécessaire et bénéfique à la progression de chacun. »

Maitre JIGORO KANO, fondateur de JUDO.

Afficher l'image d'origine

 

Nos projets

Projets

Lors de son essor en France, le judo n’était pas orienté vers la pratique des jeunes. Auréolé du mystère oriental et de l’aura de son efficacité, le judo est alors la méthode de combat à la mode et elle concerne uniquement les adultes et les corps de sécurité de l’époque. Mais progressivement, et par son extension même, la fédération de judo s’intéresse aux adolescents puis aux enfants jeunes. En travaillant sur ces modèles d’enseignement, elle est parvenue à proposer une méthode d’enseignement adaptée aux enfants à partir de quatre ans, méthode appelée « Baby Judo ».

C’est que le judo est certes une méthode de combat et un grand sport olympique, mais aussi, dans au cœur de sa conception même, une méthode éducative. Très bien adapté pour les enfants, qui apprécient de lutter les uns contre les autres et de pouvoir se rouler au sol, le judo apporte non seulement un défoulement qui apaise les plus turbulents et affermit la confiance des plus timides, mais aussi l’acquisition de qualités fondamentales d’adresse, d’équilibre et de force, et celle, progressive, d’un patrimoine technique très élaboré. Au-delà même de cette dimension, la pratique du judo s’accompagne d’une dimension culturelle forte, liée à sa culture d’origine, japonaise, mais aussi à la personnalité de Jigoro Kano, un éducateur, un homme de haute culture, sensible à la dimension symbolique. Dans un cours de judo, les exercices d’apprentissage sont encadrés de façon formelle, avec les rituels du salut, le respect marqué dû au professeur, aux partenaires, la dimension inspiratrice des tenues blanches.

Les adolescents  trouvent dans le judo une pratique à la fois individuelle et collective, exigeante techniquement et physiquement, qui leur permet aussi de s’éprouver dans des épreuves de compétition bien organisées au niveau national.
Le judo français étant l’un des meilleurs du monde sur le plan de la performance, les jeunes qui rêvent de victoire olympique ou mondiale peuvent être soutenus dans leur ambition jusqu’au meilleur niveau et bénéficier, en cas de réel potentiel, de soutien des institutions du sport, avec la possibilité de rejoindre l’un des établissements aménagés pour permettre la poursuite d’études et la performance sportive. David Douillet a commencé à 11 ans dans un petit club de Neufchâtel en Braye, en Normandie, avec le professeur Jacques Lemaître, et Teddy Riner a commencé à 5 ans au JC Bolivar, à Paris, avec Alain Periot. Par la suite, ces élèves de club ordinaires, aux capacités extraordinaires, sont passés par le système de formation fédéral : pôles France et INSEP.